Interview d'Amandine DANTENY, administratrice système Linux - @patrickjamesnc
Interviews 

Interview d’Amandine DANTENY, administratrice système Linux


Partager cet article sur les réseaux sociaux:

[su_note note_color=”#f1f1b9″]Bonjour à tous!

Avant de commencer je voulais remercier Amandine pour avoir répondu à mon appel sur Twitter.
En effet, j’ai fait un tweet demandant des « cobayes » pour cette nouvelle section Interview sur le blog.

Amandine a été la première à vouloir tenter cette aventure, merci beaucoup !

Si vous désirez apparaître dans cette section, écrivez-moi!

[/su_note]

Découvrez, dans cette interview, Amandine DANTENY, administratrice système Linux en Nouvelle-Calédonie!

 

Bonjour Amandine ! Merci beaucoup pour ta participation à cette nouvelle section sur le blog. Bienvenue ! Peux-tu s’il te plait te présenter pour les lecteurs qui, comme moi, ne te connaissent pas?

Et bien je m’appelle Amandine DANTENY, j’ai 35 ans, je suis sur le territoire depuis un peu plus de 5 ans maintenant. Je suis quelqu’un qui aime faire plein de choses, toujours en quête de nouvelles choses à découvrir, à apprendre, et à partager !

Je travaille depuis 13 ans dans l’informatique, c’est une passion qui est devenue un métier un peu par hasard, mais dont je suis très contente !

 

 

Tu es donc administratrice système Linux, quel parcours scolaire as-tu suivi pour en arriver là ?

J’ai commencé mes études dans le social, loin de l’informatique. J’ai fait un bac S, mais je ne m’y retrouvais pas, j’avais besoin de choses plus concrètes et moins scolaires. J’ai donc fait un DUT Animation socioculturelle en continuité avec mes activités d’animatrice auprès d’enfants handicapés que je faisais pendant les vacances scolaires. Cette formation m’a énormément appris sur le monde dans lequel nous vivons, sur la société, l’organisation, la psychologie, les méthodes pédagogiques, les institutions, le droit, l’économie et la gestion aussi ! J’ai beaucoup appris sur moi aussi, ce que j’étais capable de faire, avec quoi j’étais à l’aise ou non. Même si je n’ai pas poursuivi dans cette voie, je suis très contente d’avoir commencé par cette “erreur de parcours” sans laquelle je n’aurais pas acquis toutes ces connaissances qui me sont précieuses aujourd’hui.

 

 

Comment t’est venue l’envie de faire ce métier ?

Après mon DUT, mon compagnon a trouvé du travail dans une autre ville en métropole, assez loin d’où nous étions. Je ne savais pas vraiment quoi faire, et il m’a donné l’idée de l’inscrire dans une formation en BTS en informatique de gestion. C’est vrai que je passais pas mal de temps sur mon PC à bidouiller diverses choses, mais je ne me voyais pas en faire un métier.

J’ai été très surprise tout au long de mes 2 années de formation en BTS en découvrant que je connaissais déjà la plupart du programme. J’ai donc profité de mon temps libre pour me perfectionner et apprendre de nouvelles techniques, de nouveaux logiciels, me mettre au développement web que je n’avais pas encore touché à cette époque.

Après le BTS, j’ai rapidement trouvé un travail au Luxembourg voisin, et j’ai tellement aimé ce job dès les premières semaines que cela m’a dissuadé de poursuivre mes études en licence : c’est là que je me suis dit que j’avais trouvé ma voie.

 

 

Peux-tu nous donner ta journée type de travail? Comment se passe-t-elle ?

Je passe évidemment beaucoup de temps sur mon ordinateur, mais contrairement à ce qu’on peut penser, aucun jour ne ressemble à un autre. Je suis aujourd’hui à mon compte, j’ai plusieurs projets et missions en cours, pour des clients, et pour moi-même. Mon travail consiste en majorité à résoudre des “problèmes” ou à améliorer des situations. Ça peut être des situations simples, comme par exemple “ce site ne fonctionne plus”, comme des situations complexes : “nous avons du mal à gérer cette partie de notre système ou activité”.

Les réponses que j’apporte sont en fonction de la situation, parfois il suffit de remettre en route ce qui ne fonctionne plus, mais souvent il s’agit surtout de s’assurer que ça ne se reproduise pas. C’est là que les projets plus longs arrivent, il faut d’abord imaginer une façon de résoudre durablement le problème, évaluer sa faisabilité et son intégration dans les outils et processus existants, puis la mettre en place. En fonction de la complexité, ça peut prendre de quelques minutes à plusieurs mois !

 

 

Quelles sont, selon toi, les qualités principales qu’il faut avoir dans ton métier ?

La curiosité. Il faut s’intéresser aux choses, comment elles fonctionnent. Il existe tellement de logiciels, de systèmes et de techniques différentes, on ne peut pas tout savoir. Mais si on comprend comment ça fonctionne, on s’adapte vite aux nouvelles technologies qui se basent presque toujours sur d’autres technologies qu’on connait déjà.

C’est un métier qui demande aussi beaucoup de rigueur et d’attention, une petite erreur et plus rien ne fonctionne. Il faut savoir être humble : on se trompe tous à un moment. En être conscient est un début, pour ne pas se faire aveuglément confiance, vérifier ce qu’on fait, puis mettre en place des moyens de contrôle par soi-même ou par d’autres…

C’est donc la persévérance qui permet d’aller au bout des projets. On sait qu’on va se tromper, une fois, 2 fois, 10 fois, parfois sur un même problème. On sait que ça fait 50 fois qu’on va chercher la même information basique sur internet parce qu’on n’arrive pas à la retenir, et en fait ce n’est pas grave. Ces erreurs à répétition peuvent parfois détériorer la confiance en soi, mais ça n’est qu’en persévérant qu’on finit par y arriver. C’est un problème assez invisible, et pourtant très répandu chez les gens qui travaillent dans l’informatique en général.

 

 

Quels conseils pourrais-tu donner aux personnes qui aimeraient faire ce métier ?

La meilleure façon de progresser dans l’informatique, c’est de faire des projets par soi-même. Linux et les logiciels libres sont téléchargeables gratuitement et légalement sur internet, il suffit d’avoir un ordinateur et l’envie de s’y mettre. Avoir un projet, ça permet de se confronter à des situations réelles, à ne pas apprendre dans le vide. La communauté autour des logiciels libres est très partageuse, on trouve des tutoriels d’excellente qualité, des forums et des groupes avec plein de gens compétents et bienveillants pour presque tout.

On a de plus la chance dans ce métier, et en particulier en Nouvelle-Calédonie, de ne pas être écrasé par l’obligation d’avoir un diplôme, même si ça reste une bonne option également. Mais même avec une formation initiale en informatique, je ne peux que conseiller de faire des projets perso, et surtout de ne jamais s’arrêter ! J’en ai 3 en cours pour ma part :p

 

 

Parlons un peu de Linux. Penses-tu que Linux soit utilisé à sa juste valeur ?

Je pense que oui. Bien sûr, je voudrais évidemment que les gens connaissent mieux et découvrent tous les avantages par rapport à ce que propose Windows par exemple, mais je respecte la diversité et les habitudes de chacun.

Si Windows (et MacOS) sont aujourd’hui largement majoritaires sur les ordinateurs personnels, côté serveurs c’est Linux qui est bien le plus répandu. Sans Linux, on perd près des 2 tiers d’internet ! Côté smartphones et tablettes, Android est une version dérivée de Linux également… c’est donc une technologie incontournable aujourd’hui !

Il existe également ce qu’on appelle les “supercomputers”, des ordinateurs possédant des performances et capacités utilisées généralement pour la recherche qu’elle soit institutionnelle, scientifique, ou industrielle. Sur les 500 plus gros de ces ordinateurs dans le monde, tous utilisent Linux sans exception. Je pense que c’est assez significatif sur ce que le système offre comme possibilités à l’heure actuelle.

 

 

Pourquoi, selon toi, n’a-t-il pas plus de réussite/succès dans le monde informatique ?

Le seul domaine dans lequel Linux n’est pas très fort, c’est celui des ordinateurs de bureau, ceux que la majorité des gens connaissent et utilisent. Dans les années 90 et 2000, les systèmes Windows proposés par Microsoft offraient davantage de possibilités et de convivialité que ce qu’offrait Linux à l’époque, qui était réservé à des geeks très calés il faut avouer ! Windows a donc pris une énorme avance, et les gens se sont habitués à ce fonctionnement. Une fois les habitudes prises, c’est difficile et désagréable d’en changer.

Il faut dire aussi que le modèle économique est très différent des autres acteurs sur le marché. Windows et MacOS appartiennent à des géants mondiaux, qui dépensent des millions pour promouvoir leurs produits. Linux n’est ni une société, ni une association, ni même une personne. Il existe plusieurs organisations qui proposent diverses choses dans le monde de Linux et des logiciels libres, de façon gratuite ou payante d’ailleurs, mais ils ne jouent clairement pas dans la même cour que Microsoft et Apple ! Je pense que cette communication très différente joue énormément sur la connaissance et l’envie d’utiliser le système.

Linux et les logiciels libres, c’est une philosophie différente. On n’est pas dans le marketing et la consommation, c’est une communauté qui propose des valeurs de partage (le travail de chacun bénéficie gratuitement à toute la communauté) et de diversité (il existe énormément de versions différentes de Linux, chacun utilise celle qui lui convient !). Ça ne se vend pas tout seul, mais on s’y sent bien je trouve !

 

 

As-tu des habitudes de vie, qu’elles soient positives ou négatives ?

J’essaye de vivre sainement et dans le respect de chacun. Je fais du sport 3 fois par semaine, je suis végétarienne depuis quelques mois, et je fais de plus en plus attention à minimiser ma consommation d’aliments et de produits industriels.

La seule habitude alimentaire que je n’ai pas réussi à diminuer durablement, c’est le chocolat !

 

 

Quels sont tes loisirs ou qu’aimes-tu faire en dehors de ton travail ?

Je suis fan de plongée sous-marine ! J’ai fait un baptême il y a un peu plus de 2 ans, je ne me suis plus arrêtée depuis ! Le lagon calédonien est absolument magnifique, je ne m’en lasse pas. J’ai commencé à prendre en photo tout ce que je voyais sous l’eau pour en savoir plus une fois sur terre, j’ai fait des recherches, et il est arrivé un moment où j’ai eu envie de partager tout ça. J’ai utilisé mes connaissances en informatique pour faire un site adapté à ce que je voulais, et je continue à l’alimenter à chaque retour de plongée !

Mon site : https://vie-sous-marine.photo/

 

 

As-tu des projets dans les mois ou années à venir ?

Côté pro, j’ai un gros projet qui devrait sortir dans l’année à destination des calédoniens plutôt geeks, mais je ne peux pas en dire plus pour l’instant :p Côté perso, je me suis lancé dans la préparation du niveau 4 de plongée, qui est une grosse étape dans ma formation de plongeuse et qui va m’occuper pendant presque 6 mois.

A plus long terme, mon plus gros projet c’est d’être heureuse. Je le suis déjà, mais je verrai au fur et à mesure ce que ça veut dire !

 

 

Si on te proposait d’aller vivre dans un pays, et que tout était pris en charge, où irais-tu et pourquoi ?

Je ne sais pas trop quoi répondre à cette question, je crois que ça dépend surtout avec qui. Si mon amoureux et mes chats peuvent venir, qu’il y a une bonne connexion internet, et qu’on peut plonger, alors n’importe où :p Mais en fait c’est déjà ici non? (ok pour la connexion internet ça dépend…)

 

 

As-tu une citation que tu aimes particulièrement et pourquoi ?

“Là où on va, il n’y a pas, de route”, dit par Doc, à la fin de Retour vers le futur.

Ça me parle parce que c’est à la fois surprenant, excitant, et parce que j’aime pouvoir suivre mon propre chemin.

 

 

Et pour finir, ton portrait chinois:

Si tu étais un fruit, tu serais une orange

Si tu étais une plante, tu serais de l’aloe vera

Si tu étais un animal, tu serais un lion

Si tu étais une couleur, tu serais bleu

Si tu étais un objet high-teh, tu serais un processeur quantique si tu étais une célébrité, tu serais Super Mario

Si tu étais une chanson, tu serais “Don’t stop me now” de Queen

Si tu étais un film, tu serais Retour vers le futur

Si tu étais un écrivain, tu serais Boulet (ok il fait des BD pas des livres mais il est chouette)

Si tu étais une boisson, tu serais de l’eau

Si tu étais un plat, tu serais un dessert avec des fruits et du chocolat

 

 

L’interview arrive à sa fin, encore merci à Amandine d’avoir joué le jeu des questions / réponses!

Vous pouvez la retrouver sur internet :
Et son Twitter plus personnel : https://twitter.com/aaupetit

 

N’hésitez pas à réagir en commentaire, je suis sûr qu’Amandine pourra répondre aux questions 🙂

N’oubliez pas de me faire vos retours et bien sûr à me rejoindre sur les réseaux sociaux!

Merci de m’avoir lu, à très vite pour un nouvel article!

– Patrick –

 

 

Partager cet article sur les réseaux sociaux:

A lire également: